Assemblée Annuelle du CROAIF le 13 déc 2011

Dans le cadre de la préparation de l’Assemblée Annuelle de l’Ordre d’Ile de France, deux contributions de membres de DpA, l’une individuelle, l’autre collective, que vous trouverez ci-joint ont été soumises au bureau du Croaif à la suite de son appel à propositions: «Vous avez la parole ! Quels sont les sujets qui vous préoccupent…rémunérations ? enjeux énergétiques ? accès à la commande ?… »
Si, comme le propose l’une des contributions, il faut remercier l’Ordre de cette initiative, n’y a-t-il pas lieu de s’interroger : que va-t-il sortir de cette Assemblée Annuelle qui ne veut pas s’appeler Assemblée Générale ?

S’agit-il de rompre avec les discours convenus subis les années précédentes et dans ce cas pourquoi cette candeur avec laquelle on interroge les architectes comme on le ferait d’enfants qui ne veulent pas dire ce qui les préoccupe ?

L’Ordre n’est-il pas au courant de ce que veut la profession ?

1. Prenons l’accès à la commande : ne sait-il pas qu’une pétition a rassemblé avec le succès qu’on connaît sur l’objectif de l’abrogation ou plutôt de la réduction du seuil des 170 m2. Ne sait-il pas qu’au ministère, devant l’absence de l’Ordre aux côtés de la délégation porteuse des signatures, celui-ci a eu beau jeu de le dédouaner en rappelant sa récente « victoire » sur le non cumul des 40 m2 avec les 170 m2, reléguant au second plan ce pourquoi la profession se mobilisait depuis des mois
2. Ou les enjeux énergétiques : face à la passion des architectes, en particulier les jeunes pour ces nouveaux enjeux, l’Ordre, qui organise des formations payantes sur le sujet, ne sait-il pas la menace qui pèse sur un secteur d’activité dont l’enjeu financier n’a pas échappé aux pouvoirs publics qui encouragent les groupes du BTP à les traiter en CPE* (contrat de performance énergétique) au détriment des architectes.

Est-ce aux confrères de faire des propositions à l’Ordre, ou à l’Ordre de prendre position clairement pour la remise en cause du seuil des 170 m2, pour l’abandon de la procédure des CPE. Cette alternative pourrait se décliner à chaque sujet qui préoccupe les architectes, rémunérations, barème, ppp, etc…, dans des termes à chaque fois identiques :
•S’adapter à une situation, hier au nom de la crise, demain au nom de la rigueur.
•Résister, parce que la préservation du patrimoine, des paysages, le maintien en activité d’une profession réglementée, l’exige.

Du choix entre ces termes dépend la prise en compte réelle des contributions de chacun.

Paris le 13 /11 /2011

* CPE = PPP appliqué à la fourniture d’énergie pendant un temps, assorti des travaux d’investissement et d’entretien nécessaires.

Ce contenu a été publié dans COMMUNIQUÉS DpA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Assemblée Annuelle du CROAIF le 13 déc 2011

  1. 1) Ne pas oublier que les décrets prévu pour mars 2012 pour recalculer la surface SHON au nu des murs intérieurs va faire passer le seuil des 170 m² de SHON a à peu prés 190 m² de SHON actuel … l’ordre est au courant ? comment va-t-on se faire « manger » encore là-dessus ? (on gagne soi disant sur les 40 m² .. mais on va se faire avoir sur le reste !!)

    2) Je ne suis pas contre les CPE .. mais qui est capable actuellement d’appliquer cela à un particuliers ? personnes SAUF les grands groupes.. qui se payent une virginité (auchan et autres) avec de la « fraîche » offerte pour remplacer votre chaudiére gaz par une neuve (au passage .. on est toujours au gaz …) et personne ne dit .. Pensez à l’enveloppe d’abord (isolation .. etc ..) donc je suis contre les CPE actuel… sauf à faire vérifier les travaux et les concevoir par une personne qui va les valider et les vérifier (et les garantir !! pourquoi pas nous !!). Quand on voit déjà des grands groupes, sous traiter cela .. et plaçant de la laine de verre à tout va .. et que cela n’est pas vérifié (cas existant de 30 cm de LV .. une fois le chantier finit sans archi … expertise .. et là on ne voit que 16 cm !! personne n’assure .. personne ne vérifie …!!)

    De plus, comme on le voit la norme RT2012 et BBC … norme franco-française … va s’appliquer et elle sera opposable (pour la rT2012) .. donc sinistres en perspective !!
    si on dit 45 kwH.an.m² et que le client par vérification passe à 46 … qui sera responsable ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.