Communiqué : Notre-Dame de Paris…

Notre Dame de Paris en flamme // Source : 1jour1actu

Nous avons tous été touchés par l’incendie qui a réduit à néant la flèche et la charpente de Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier et reconnaissants du professionnalisme, du courage et de l’efficacité des pompiers et des services publics qui ont permis de sauver une grande partie des œuvres et la structure de l’édifice. Plus qu’un monument religieux, c’est un morceau de notre patrimoine dont la toiture a été réduite en cendre le 15 avril dernier.

Mais comment interpréter les réactions et déclarations qui ont fusés alors que la charpente de la cathédrale était encore fumante ?

Que penser du milliard d’euros débloqué en 24h par les plus grandes fortunes du monde ? Comment comprendre l’engagement du gouvernement de reconstruire le monument en 5 ans ? Et l’annonce du concours international d’architecture dans la foulée ? Alors que les opérations de mise en sécurité n’avaient pas encore commencé ?

Ce type d’annonce prononcée dans la précipitation est le reflet d’un grand mépris pour le travail des professionnels du patrimoine, de l’architecture, de l’artisanat… Il ne suffit pas d’un « clic » sur une application pour opérer une telle tâche. Le gouvernement semble penser qu’il y va des cathédrales comme pour le logement avec une loi ELAN qui vise à construire « mieux, plus vite et moins cher » en se passant des acteurs de la filière et des services publics pourtant indispensables garants de la qualité.

Que fait le gouvernement des expertises, des études préalables, des diagnostics nécessaires à l’élaboration d’un tel projet ? Quel est le rôle des ABF, ACMH, compagnons lorsque l’on impose une telle temporalité ? Quelle est la place du débat citoyen sur la reconstruction si le projet est financé par les plus grands mécènes du monde ?

N’est-il pas du rôle du conseil national de l’ordre des architectes, garant de la qualité architecturale de rappeler qu’il n’appartient pas à l’armée de s’occuper du patrimoine ? Qu’il serait plus judicieux de faire appel à des vrais experts avant de décider ou de s’engager en quoi que ce soit ? Qu’une « loi d’exception » n’est pas nécessaire et que nous avons tous les outils législatifs pour rebâtir Notre-Dame.

Est-ce que l’empressement de Macron à engager la reconstruction ne vise pas à masquer l’incurie du gouvernement qui, au nom de la rigueur financière, prive l’ensemble du patrimoine des moyens nécessaires à son entretien, et tente de faire croire que le loto du patrimoine peut se substituer à l’effort budgétaire rendu indispensable par des années d’abandon ?

Partagez et suivez-nous !
error
Ce contenu a été publié dans COMMUNIQUÉS DpA, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Communiqué : Notre-Dame de Paris…

  1. Anne VEZARD dit :

    Je suis complètement d’accord.
    Sans pour autant bouder l’engagement des grandes fortunes à investir largement… Une piste pour aider aux entretiens nécessaires et négligés? Et qui pourrait participer du « ruissellement espéré » par notre président?! Dès lors bien entendu qu’il reste associé aux études, réflexions et engagement de sachants absolument nécessaires…
    Votre publication et nos appuis remonteront-t-ils plus haut? Ordre, Syndicat, Ministères?… M.Macron ayant décidé d’écouter, peut-être tendra-t-il mieux l’oreille cette fois?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *